Nolan Roux : le dogue devient panthère

C’était dans les cartons depuis quelques semaines et c’est désormais officiel, Nolan Roux est stéphanois pour les trois prochaines saisons, contre un chèque de deux millions d’euros. À 27 ans et avec sept saisons en L1 au compteur, l’ancien attaquant lillois et brestois reprend le numéro 9 laissé vacant par Mevlüt Erding. Portrait.

Nolan tape la pose. (Crédit photo : Asse.fr)

Nolan tape la pose. (Crédit photo : Asse.fr)

DES STATISTIQUES RECTILIGNES

Formé Caen, Beauvais puis Lens, où il n’effectua que deux matchs avec le groupe professionnel, Nolan Roux signa à Brest, alors en L2, pour se donner du temps de jeu lors de la saison 2009-10. 34 matchs de championnat plus tard, c’est peu dire que sa saison est réussie. Meilleur buteur du club et quatrième du championnat avec quinze unités, il permet à Brest d’atteindre la L1 après presque vingt ans d’attente. La suite ? Une saison et demie à se confronter aux équipes de l’élite française, ponctuée dix buts en championnat. Puis, en janvier 2012, Nolan décide de passer un premier cap dans sa jeune carrière, en s’engageant au LOSC pour 8 millions d’euros. Probablement attiré par la coupe d’Europe et le nouveau stade en construction, Nolan doit cependant faire face à une rude concurrence, notamment composée de Tulio De Melo dès son arrivée et de Salomon Kalou la saison suivante. Pour son premier match avec les Dogues, il marqua un doublé face à… l’ASSE (3/0 score final). La saison suivante fût correcte, avec huit buts en 32 matchs, mais le mauvais parcours du club nordiste en LDC (aucun but en huit matchs pour Nolan et une dernière place du groupe) ainsi que la sixième place en championnat noircirent le tableau final. Avec l’arrivée de René Girard sur le banc lillois, Nolan connaît de nombreuses titularisations, grâce au schéma en 4-4-2 avec deux attaquants axiaux. Sur un plan personnel, il inscrivit neuf buts lors des deux dernières saisons, en 30 et 33 apparitions. Malgré la présence de Kalou puis d’Origi et un rendement moyen, il arrive à tirer son épingle du jeu, notamment grâce un style de jeu bien particulier.

UN PROFIL TAILLÉ POUR LA L1

Nolan Roux ne mesure qu’un mètre 82. Pourtant, son physique élancé, sa carrure imposante ainsi que sa bonne détente lui donne souvent un rôle d’attaquant-pivot. René Girard l’avait compris et l’utilisait de cette manière. On remarque d’ailleurs que malgré un nombre de buts assez limité compte-tenu du nombre de match joué, le natif de Compiègne sait donner des offrandes à ses coéquipiers, avec huit passe décisives lors des deux dernières saisons. De plus, dans une Ligue 1 où les défenses sont parfois (souvent) regroupées et dures sur l’homme, un joueur comme Nolan Roux permet de les user et de répondre au défi physique. Cependant, tâche à Christophe Galtier de bien l’utiliser, car comme on a pu le constater avec Ricky la saison passée, ce genre de joueur ne s’accommode que très peu au 4-3-3. Trop seul devant, il a besoin d’un coéquipier à qui il pourra ouvrir des espaces et jouer en pivot. Alors comment l’utiliser avec l’effectif actuel ? Gradel étant sur le départ, il ne reste aucun joueur pouvant jouer attaquant dans un système à deux pointes. Le recrutement à venir sera donc déterminant pour pouvoir exploiter pleinement les qualités de Nolan Roux. Son arrivée reste tout de même dans la tendance des dirigeants à recruter des joueurs rompus aux joutes de la L1 et d’expérience, comme Clément, Lemoine et Erding dernièrement, avec un succès parfois mitigé. Mais comme le dit si bien Galtier, « Nolan Roux est un joueur que je suis depuis longtemps, (…) il connaît très bien notre championnat et il vient d’un club où il y a une grande exigence au niveau des résultats ». À lui de rendre cette confiance et de prouver au peuple vert que malgré le faible coût de son transfert, l’argent ne fait pas le talent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Application mobile en partenariat avec Make me Droid, le créateur d'applications Android/IOS en ligne.