Moulin se confie sur le vestiaire stéphanois !

Cadre incontournable du vestiaire stéphanois et excellente doublure de Ruffier, Jessy Moulin s’est livré sur l’ambiance du vestiaire stéphanois, et une chose est sure, on est loin de la crise traversée il y a quelques mois ! Retour sur l’interview recueilli par France Football.

« Le plus ambianceur, c’est Rémy Cabella. Il a mis beaucoup de bonne humeur dans ce vestiaire. C’est le sudiste, toujours là avec le sourire. Il est très agréable à vivre au quotidien. Il a la tchatche, il est toujours en train de parler, il a constamment la bouche ouverte. Il a le chambrage facile. C’est quelqu’un qui exprime toutes ses émotions par la parole. Mais il reste également un compétiteur. Donc ça parle autant sur le terrain que dans le vestiaire.

Celui qui est toujours accroché à son téléphone ? Je vais dire Rémy Cabella ! Il est ultra connecté. Il scrute les réseaux sociaux, les petites vidéos qui traînent. Celui qui est un grand enfant ? Rémy Cabella ! Vincent Pajot qui aime son métier et qui veut prendre du plaisir sur le terrain en s’amusant. Il y a moi aussi. En fait, il y en a pas mal qui sont encore enfant !

On met souvent la musique avant les matches dans le vestiaire. J’en suis en charge en ce moment, mais ça peut tourner. J’essaie de mettre un peu de tout : un peu de rap, du Jul pour Rémy Cabella, de l’électro, on essaie de varier. La semaine, quand on bosse, on met plutôt la télé, avec les chaînes câblées avec le son qui passe en boucle.

Il y a de la classe dans les vestiaires, où certains sont bien sapés… et d’autres qui arrivent en survet’ ! C’est souvent le cas de Kévin Théophile-Catherine. Il pourrait faire un effort. Mais sinon il y a Yann M’Vila qui vient avec des strass, Rémy Cabella avec de la couleur.

Celui qui galère en français ? Robert Beric. Pour dire un cheval, il dit un « chavace ». Ça fait je ne sais combien de temps qu’il est là, et il ne sait pas parler français ! On le chambre beaucoup. Il essaie de s’y mettre, mais c’est compliqué. Celui qui fait souvent un bide quand il fait une blague, c’est Kévin Monnet-Paquet. Une fois, j’ai raté une blague qui était très drôle. Derrière, il a voulu la refaire, et cela a fait un bide total parce qu’il l’avait très mal racontée.

Il n’y a pas forcément de patron. Mais le seul patron à avoir, ce serait Loïc Perrin, notre capitaine. Par ses qualités d’homme, son expérience au sein du club et par rapport à ses qualités sur le terrain. On sait que s’il y a le moindre souci, il est joignable sans aucun problème, et on peut lui parler de tout. Le plus imperturbable, c’est Neven Subotic. Très discret mais extrêmement professionnel dans tout. Que ce soit dans son hygiène de vie, son travail d’échauffement, sur le terrain, après l’entraînement et les matches. Tu sens qu’il y a beaucoup d’expérience et des grands clubs derrière lui. Mais il peut aussi être très ouvert.

Le chouchou du coach ? Difficile à dire. Pour rigoler je vais dire Yann M’Vila. Dernièrement, on l’a chambré sur sa conférence de presse où il s’est renvoyé la balle avec le coach. Mais il le mérite aussi par ses performances. Depuis qu’il est arrivé, on voit que c’est un très grand joueur. On sent qu’il est en pleine progression, et je pense que ce n’est pas fini. On a tous hâte de le voir à 100%. »

1 Response

  1. loulou le breton vert dit :

    lol sacré looping

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.