Les confidences de Paquet : « L’idée c’est d’être le plus proche possible du Top 4 »

Nouveau directeur général de l’AS Saint-Étienne depuis janvier 2018, Frédéric Paquet a pris les rennes du club ligérien. Véritable homme fort de l’institution stéphanoise, l’ancien DG adjoint du LOSC vise à moderniser l’ASSE comme il l’a récemment confié dans un entretien accordé à RMC Sport dans Team Duga. De plus, ce dernier en a également profité pour se confier sur les ambitions sportives nourries par le club cette saison.

Un bon début de saison ?

« C’est toujours bien d’être invaincu. Ça aurait été mieux si on avait eu un tout petit peu plus de points. Avec un nul à domicile, le projet qu’on a et les ambitions qui ont été fixé par les actionnaires, c’est toujours un peu dommage. Après il faut relativiser, c’est un début de saison, il y a des joueurs qui sont arrivés tard, il y a des automatismes à mettre en place. Les joueurs sont irréprochables dans l’engagement. Jean-Louis a réussi à construire une équipe avec un bon état d’esprit qui est très soudée et très solidaire. »

Quelles ambitions au classement ?

« C’est toujours difficile d’annoncer un classement. Je prends toujours l’exemple de l’année dernière. A trois journées de la fin on aurait pu finir cinquième ou on aurait pu finir dixième. C’est tellement serré que c’est compliqué de définir un classement. Pour nous, il y a quatre équipes qui sont haut-dessus du lot, qui sont dans une autre dimension et qui ont des moyens qui ne sont pas les nôtres. On est 5 ou 6 équipes à viser la place derrière donc ça va être serré. L’idée c’est d’être le plus proche possible que ces quatre équipes là. »

Les actionnaires enfin décidés à investir ?

« Ce n’est pas moi qui les ai convaincu. Il y a eu une décision au cours de la deuxième partie de saison. Il y a eu une réflexion de la part des actionnaires qui ont voulu garder une équipe ambitieuse, dans la lignée de ce qui avait été construit un peu en urgence et en catastrophe au mois de janvier. Ils ont vraiment souhaité, les deux (Roland Romeyer et Bernard Caïazzo, ndlr) à l’unanimité, pouvoir garder ce niveau d’équipe avec les efforts et avec l’impact économique qui va avec. L’ASSE a aujourd’hui une masse salariale qui n’a jamais été atteinte jusqu’à présent. C’est donc un choix des actionnaires de pouvoir continuer et perdurer dans ce niveau d’équipe. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.