L’ASSE devra vendre dans les 2 ans à venir

Dans un entretien accordé à L’Equipe, le copropriétaire de l’ASSE, Bernard Caiazzo, fait le point sur la situation du club après l’échec de la vente au groupe Peak6.

Une vie à crédit ?

« Notre grande chance, c’est que l’affaire avec Peak6 ne se soit pas faite. Sinon, on s’en serait mordu les doigts, avec Roland. Aujourd’hui, on se trouve dans une logique d’investir, pas de dépenser. Comme Lyon l’a fait avant nous, en faisant appel à des financements extérieurs et à des taux très acceptables. »

Admettant que l’ASSE a fait appel à des emprunts, « remboursables après 2020« , il souligne que « c’est tout à fait déraisonnable et faux de dire que le club vit désormais à crédit. Tout le monde, même l’entreprise la plus riche du monde, emprunte. On ne peut pas d’un côté nous reprocher notre manque d’ambition et aujourd’hui, une prise de conscience calculée. »

Caiazzo confirme ensuite à demi-mot le montant de ces emprunts, environ 25M€, et, surtout que le club « va subir un déficit d’exploitation de 10M€, avant la vente de joueurs« .

Des ventes importantes à venir ?

Interrogé sur la situation financière du club en 2019-2020, Caiazzo se montre confiant en affirmant : « il n’y aura pas de déficit. Je ne peux pas imaginer deux ans sans vendre des joueurs« . Des propos à mettre en perspective avec le début d’entretien ou Bernard Caiazzo s’enthousiasme sur « l’évolution du trading joueurs » en France, avec des montants records pour de nombreux clubs (10 clubs ont vendu pour plus de 30M€) : il parait évident qu’avec l’explosion des prix des joueurs, le club a tout intérêt à vouloir gagner davantage d’argent par ce biais.

1 Response

  1. Anonyme dit :

    Foutage de gueule mensonges …. On finira ds le ventre mou du championnat tant que ses deux grands pères tiendront les reines de ce club. Basta! Vivons à credit .. voilà l’histoire de ce club désormais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.