Faut-il installer Diony dans le couloir gauche ?

Le dernier mercato stéphanois a été marqué par l’arrivée de nombreux renforts offensifs. En effet, avec le départ de Bamba à Lille, en fin de contrat, les Verts étaient dans la nécessité de recruter. Cela a été chose faite, avec les arrivées de Cabella, Khazri, et Salibur en prêt.
Gasset possède donc un large choix d’éléments offensifs, en plus de Beric, Nordin, Hamouma, KMP, Diony, et les jeunes. Durant ces premiers mois de championnat, le coach stéphanois a essayé de nombreux systèmes, afin de trouver la meilleure option, celle où chaque joueur est performant au poste qui lui ai choisi.
Nous allons aujourd’hui nous pencher sur l’option que Gasset a choisi lors de différents matchs, et qui s’avère plutôt intéressante : le placement de Diony sur l’aile gauche.

Diony, un joueur polyvalent

Lois Diony est un attaquant qui ne ménage pas ces efforts. Depuis le début de la saison, on le voit régulièrement effectuer un pressing fort, permettant la récupération de nombreux ballons exploitable par l’attaque.

La générosité et la détermination définissent le profil de l’attaquant de 25 ans. Ainsi, il est régulièrement amené à dézoner, se retrouvant parfois au niveau des milieux de terrain ou sur un côté. Cela a par exemple été le cas lors du match face à Guingamp, lors de la première journée, où il délivre le passe décisive qui amène la magnifique volée de Khazri. Il est parfois jugé maladroit, parfois jugé malchanceux, mais les deux avis indiquent que Lois Diony parvient à obtenir plusieurs situations franches lors des matchs, qui ont plus ou moins de succès. Avec 3 buts et 1 passe décisive en 12 matchs, ils affichent des statistiques pas décevantes, mais perfectibles.

composition du dernier match face à Angers

Effectivement, Diony possède des qualités de percussion qui lui permettent de déborder et centrer, mais également de servir de point d’appui. Il possède donc des qualités d’attaquant pur, mais également de joueur de côté. Et c’est de cette polyvalence que Gasset semble vouloir profiter.

Khazri, l’efficacité au naturel

Meilleur buteur stépahanois, Wahbi Khazri s’est rapidement imposé comme un leader technique de Jean-Louis Gasset. En effet, l’international tunisien a déjà inscrit 5 buts, en 11 matchs.
Son arrivée, associée à celle de Cabella, laissait beaucoup de personnes dubitatives, car les deux joueurs aiment avoir la balle, faire des prouesses techniques, et le risque de voir les deux joueurs se gêner a été relevé.

Bien que les deux joueurs font preuve de complicité, on remarque depuis le début de la saison que leurs prestations ne sont pas vraiment complémentaire : lorsque l’un est bon, l’autre l’est moins. Un problème qu’on pourrait expliquer par leurs positionnements. En début de saison, Gasset en alignait un sur un côté, et l’autre en milieu offensif central. Le repositionnement de Khazri en pointe permet d’éviter cela, car Cabella retrouve sa place de leader technique, avec beaucoup de liberté dans son placement, et Khazri, qui fait parler son efficacité en pointe.

Du coup, quel serait la composition type ?

Si Gasset décide de continuer sur ce schéma, qui a bien fonctionné face à Angers, on peut ainsi se demander quelle composition est idéale, par rapport aux éléments offensifs.
Nous vous proposons donc plusieurs possibilités, qui ne sont évidemment que des exemples, en essayant d’inclure diverses options :

En 4-2-3-1, le fait de placer Khazri en pointe ne doit pas forcément contraindre Diony à se retrouver sur un côté. Par exemple, on pourrait très bien imaginer l’attaquant stéphanois en soutien de Khazri, dans un rôle de 9½. Dans ce cas, il aurait l’occasion d’utiliser son endurance, sa puissante frappe, tout en appuyant Khazri dans la surface :

Cas inverse, dans lequel on imagine Diony en pointe, avec Khazri qui lui tourne autour. Ce système permet d’amener plus de technique au milieu de terrain, et d’avoir un « attaquant de métier » en pointe. Diony peut à ce moment là utiliser sa qualité de remise.

Enfin, on a aussi imaginé une composition avec Beric et Diony en pointe, dans une formation type 4-4-2.
Cette fois, Cabella et Khazri sont sur la même ligne, occupant chacun un côté, mais plus serré sur l’axe du terrain. Le risque de cette composition est une canalisation du talent des deux joueurs, qui risquent de se marcher légèrement l’un sur l’autre.

Et vous, avez-vous été convaincu par la prestation de Diony dans le couloir gauche ? Quel plan de jeu vous parait le plus performant ?

1 Response

  1. Anonyme dit :

    Diony n’a pas le niveau de la ligue 1, il ne faut pas seulement faire des efforts, mais avoir des niveaux techniques et tactiques dignes de la L1 qui permettent un taux d’efficacité suffisant pour jouer à ce niveau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.