Enquête : L’ASSE, une force offensive, des faiblesses défensives

L’excellent site consacré aux statistiques de la Ligue 1, CoteStats, vient de mettre à jour ses données. De manière assez surprenante, l’ASSE apparait dans les toutes meilleures équipes de notre championnat dans les statistiques offensives. En revanche, défensivement, l’équipe est plus à la peine. Toutes les données analysées et classées dans cet article peuvent être trouvées dans ce classement réalisé par CoteStats.

L’ASSE, ça tire fort !

Intéressons-nous à la première colonne de ce dense tableau. Celle-ci s’intéresse aux Tirs Pour, c’est à dire aux nombres de tirs qu’une équipe effectue en moyenne par match. Avec un peu plus de 14 tirs par match (14.2), l’AS Saint-Etienne est sur le podium de la Ligue 1, derrière Paris (14.7) et devançant Dijon (14) et Lille (13.7).

De nombreux tirs subis

Toutefois, le classement des Tirs Contre, le nombre de tirs subis en moyenne par une équipe par match, n’est pas aussi flatteur. L’intérêt est ici d’avoir un chiffre le plus bas possible. Or, avec environ 12.5 tirs subis par match, Saint-Etienne est 12e de Ligue 1, bien loin derrière les meilleurs (Lille est à 9.3 tirs en moyenne, Montpellier à 11). L’ASSE côtoie ici des équipes comme Monaco (11.8 tirs subis) ou Strasbourg (12.9 tirs).

 

Neven Subotic et Loic Perrin composent la charnière centrale de l’ASSE. Source : GramUnion

Des tirs souvent cadrés

Multiplier les tirs s’ils ne sont pas cadrés est un effort vain. Ainsi, en s’intéressant aux Tirs Cadrés Pour, c’est à dire le nombre de tirs qu’une équipe cadre par match, CoteStats donne une idée de la qualité des tirs. Avec 5 tirs cadrés par matchs, l’ASSE est au pied du podium, derrière Lille (5.3 tirs en moyenne) et Lyon (6 tirs cadrés). Sans surprise, le PSG caracole en tête (6.7 tirs cadrés par match en moyenne).

Beaucoup de tirs cadrés subis

Même raisonnement cette fois appliqué aux Tirs Cadrés Contre : combien de tirs cadrés Stéphane Ruffier doit-il détourner par match ? L’AS Saint-Etienne concède bien trop de tirs cadrés : avec 4.2 tirs cadrés subis par match, le club est à la 12e position du championnat. Montpellier possède ainsi une défense ne mettant pas les attaquants adverses en position de tir favorable : avec seulement 2.7 tirs cadrés subis par match, les Héraultais dominent ce classement, suivis par Rennes (2.8 tirs cadrés concédés) et le PSG (3.1 tirs cadrés concédés). Là encore, Saint-Etienne est au milieu d’autres équipes plus faibles, comme Monaco (dernier de Ligue 1, 4.6 tirs cadrés subis par match) ou encore Amiens (4.9 tirs cadrés concédés par matchs, 16e du championnat).

Les grosses occasions

La qualité des grosses occasions créées dans un match est aussi mise en chiffre. Opta, l’agence numéro 1 de statistiques, parle de « Big Chances » pour désigner ces situations où le joueur a de grandes chances de marquer un but (duel contre le gardien, pénalty, tirs à bout portant, etc). Ce chiffre permet de voir la qualité de création d’une équipe. Avec 2.2 grosses occasions par matchs en moyenne, l’ASSE est en 2e position du championnat. Le PSG explose les statistiques (4 grosses occasions par match), suivi par Rennes et Lille, qui comptent le même nombre de grosses occasions par match.

Wahbi Khazri et Lois Diony. Les deux attaquants comptent 8 buts en championnat à eux deux. Source : Maxifoot

Et les occasions subies ?

Les joueurs adverses de l’ASSE tirent beaucoup, cadrent beaucoup, mais ils ne se créent pas beaucoup de grosses occasions ! Saint-Etienne est en effet 2e en termes de Big Chances Subies : le club ligérien ne concède que 1.2 grosses occasions par match, derrière Strasbourg (1 grosse occasion subie) et à égalité avec Paris, Rennes et Lille.

La qualité des tirs stéphanois

Enfin, l’étude des xGP, c’est à dire les Expected Goals Pour, permet de mieux définir la qualité des tirs réalisé par l’ASSE. Ces Expected Goals attribuent une valeur comprise entre 0 et 1 à chaque tir tenté, selon la distance, la surface de frappe, l’angle, etc. Plus la valeur se rapproche de 1, plus le tir a de chances de se transformer en buts. En additionnant la somme des xGP d’un match, on peut voir combien de buts une équipe aurait du marquer. Cela permet donc de voir la qualité offensive d’une équipe en enlevant certains facteurs (exploit du gardien qui arrête un tir, but immanquable manqué par l’attaquant, etc). Avec 1.52 xGP par match, l’ASSE est 5e de Ligue 1 en termes de buts que l’on peut attendre de sa part dans un match. Paris survole encore ce classement (2.63 xGP), devançant Lille 51.67 xGP), Lyon (1.61 xGP) et Rennes (1.59 xGP).

Pour plus de finesse, l’utilisation des xGP par Tir donne une idée encore plus précise. Une équipe pourrait très bien avoir un xGP très haut si elle tentait une trentaine de tirs de loin par matchs en accumulant la valeur des tirs. Les Expected Goals par Tir permettent ainsi de voir si l’équipe se procure de bonnes situations de tir : avec 0.107 xGP par tir, l’ASSE est encore 5e. Cela signifie que chaque tir tenté a environ 10% de chance de rentrer. Paris se procure ainsi de meilleures situations de tir puisque le club de la capitale est à 0.179 xGP par tir (donc environ 18% de chance de but sur chaque tir tenté).

La qualité des tirs subis

Et pour finir, les xGC, donc les Expected Goals Contre : la moyenne de buts qu’une équipe devrait encaisser par match, selon le même raisonnement que les xGP. Dans ce classement, Saint-Etienne est 8e, avec 1.18 xGC. Plus le chiffre est bas, plus les tirs tentés par l’équipe adverse sont de faible qualité (tirs de loin par exemple). On retrouve évidemment en tête ici le MHSC de Der Zakarian qui est sous la barre des 1 Expected Goals Contre (0.89), avec Rennes (0.94 xGC) et le Paris Saint-Germain (0.97 xGP).

On regarde là aussi les xGC par tir, la qualité des tirs subis par une équipe dans un match. L’AS Saint-Etienne est 7e avec 0.094 xGC par tir, signifiant que chaque tir subi a environ 1% de chance de rentrer, signe d’une défense qui ne met pas les attaquants en bonne position de tirs. Au fond du classement, on retrouve par exemple Nîmes, Monaco ou Marseille, des équipes malades défensivement qui atteignent les 0.12 xGC par tir (donc environ 12% de prendre un but sur chaque tir tenté par l’équipe adverse !).

Romain Hamouma célébrant ici son but face à Angers : un match qui résume bien la qualité offensive stéphanoise et ses difficultés défensives.

Une équipe bien placée offensivement mais médiocre défensivement

En définitive, cette analyse statistiques permet de prouver les forces et faiblesses d’une équipe. Offensivement, l’ASSE tente et cadre beaucoup. L’équipe se crée un nombre satisfaisant de grosses occasions par match. Ses tirs sont plutôt de bonne qualité. Toutefois, c’est la logique adverse qui prévaut défensivement : Saint-Etienne concède de nombreux tirs, souvent cadrés. Heureusement, elle ne subit que peu de grosses occasions dans un match. Les tirs réalisés par l’équipe adverse sont souvent de qualité médiocre mais leur répétition durant un match (grâce aux nombreux tirs cadrés effectués) fait de l’ASSE une équipe moyenne défensivement.

1 Response

  1. Anonyme dit :

    ces statistiques confirment ce que je pense, la défense est trop fragile , ne serait ce que sur les deux dernières rencontres ,contre Angers et Reims, il est impensable que la défense se fasse éliminer aussi facilement, contre Lyon ce sera une autre histoire , peut être renforcer son milieu avec un élément supplémentaire genre diouze et replacer silva à gauche bien meilleur que kolo, défensivement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.