Niang. Tout le monde parle de ce nom en ce moment. N’y a t-il pourtant pas plus important ? Les belles performances de la formation et des féminines ce week-end par exemple. Ou encore les internationaux de l’ASSE qui enchaîne les matchs depuis une semaine. Pourtant l’attention est focalisée sur ce transfert avorté de M’Baye Niang qui finalement ne met en lumière un phénomène qui existe depuis des années : les agents.

Il convenait de faire un petit point sur ces personnages obscurs du football. Des commissions démentielles demandées, des négociations qui se gangrènent par de multiples exigences futiles mais leur utilisation semble obligatoire. Pourquoi me direz-vous ? Parce qu’aujourd’hui un contrat de footballeur est un tel dédale juridique qu’un joueur ne peut décemment pas comprendre ce qu’il signe.

Une complexification juridique amenée par l’argent, peut-être trop présent dans ce sport (nous vous laisserons en juger par vous-même…).

Ne faudrait-il pas se reconcentrer sur le sportif ? Les pros restent sur deux défaites consécutives et devraient apparaître diminués face à Nice dimanche prochain. Les jeunes et les féminines sont par contre en grande forme et c’est cela finalement le plus important.

L’avenir. C’est ce qui devrait être la préoccupation principale de tout le monde à Saint-Etienne. L’équipe prouve qu’avec peu de moyens investis et un affaiblissement de l’effectif, elle peut bien figurer dans ce championnat. Puel ne semble rien lâcher malgré les déceptions, déterminé à faire grandir cette équipe et les jeunes joueurs qui la composent.

Tournons la page M’Baye Niang ensemble. Ce n’est qu’une manifestation supplémentaire du foot pourri dont les exemples sont devenus trop nombreux. Alors, stéphanois, stéphanoises, pour une fois, parlons foot.

Laisser un commentaire