Cabella, autopsie d’un mal-être

Le recrutement de Rémy Cabella, officialisé mi-août, apparaissait comme le point d’orgue du mercato stéphanois. Après les recrutements de Wahbi Khazri, chipé à Rennes, et les prolongations de contrat des cadres de la deuxième partie de saison 2017-2018 (Yann M’Vila, Mathieu Debuchy), le retour définitif du Corse en terres ligériennes laissait augurer d’une saison pleine de promesses. Or, depuis le début de saison, Cabella peine à retrouver le niveau de jeu qui avait séduit bon nombre de supporters de l’ASSE…

Quel positionnement sur le terrain ?

L’arrivée de Wahbi Khazri et le retour de Lois Diony ont posé un problème tactique à Jean-Louis Gasset. Le positionnement de l’ancien Dijonnais en attaquant axial en début de saison a conduit à un embouteillage dans l’axe du terrain, Khazri et Cabella se marchant souvent sur les pieds. Dès lors, Gasset a tranché et a fait de Khazri son attaquant de pointe, réglant de fait le problème du positionnement. Toutefois, un autre problème tactique s’est depuis posé : cela s’est notamment vu lors du dernier match à domicile contre Rennes, Gasset faisant de Cabella un relayeur excentré (voir cette excellente analyse tactique de poteaux-carrés). En conséquence, la plupart du temps, l’ASSE donnait l’impression d’avoir 2 blocs séparés : un bloc bas, composé de la défense et de M’Vila, et un bloc haut, avec les offensifs. Rémy Cabella aurait du évoluer dans ce no man’s land entre les deux blocs, en position d’intermédiaire, afin de faciliter les transitions offensives. Cependant, en excentrant son créateur sur le côté, l’AS Saint-Etienne s’est souvent retrouvée coupée en deux, avec aucun intermédiaire dans le coeur du jeu permettant une réelle verticalité dans les passes. A de nombreuses reprises, et l’analyse illustrée de poteaux-carrés le démontre à merveille, un joueur stéphanois aurait dû se trouver dans l’axe du terrain en soutien des attaquants.

Heatmap de Rémy Cabella et d’Hatem Ben Arfa. L’axe est complètement délaissé par le meneur de jeu stéphanois, quand son homologue rennais y est bien plus présent.

Le changement de système en deuxième mi-temps a ponctuellement réglé ce problème mais Cabella n’a pas eu l’influence l’habituelle sur le jeu : avec 0 passe clé (c’est à dire une passe entrainant un tir) et 1 tir, il est nettement en dessous de ses prestations (1 tir et 2 passes clés contre Lille, 4 tirs et 2 passes clé contre Monaco, 4 tirs et 3 passes clé à Toulouse, etc). C’est donc une évidence : Cabella doit occuper l’axe en position de milieu offensif.

Un jeu qui agace

Après 10 matchs, Rémy Cabella ne compte toujours pas une passe décisive. Pourtant placé en position préférentielle pour distribuer des offrandes à ses partenaires, le Corse agace par sa capacité à conserver la balle trop longtemps et à vouloir sans cesse dribbler. Si le dribble peut être utile au jeu, si les nombreuses touches de balle peuvent déstabiliser une équipe, Cabella semble vouloir trop en faire. Souvent trop individuel, notamment à Toulouse, où il gâche une occasion de contre-attaque en s’entêtant à vouloir tirer au lieu de servir Hamouma, pourtant idéalement placé dans l’axe, Cabella donne l’impression d’être une caricature de lui-même. D’ailleurs, avec seulement 0.051 xA/PC (Expected Assists par passe clé, c’est-à-dire le nombre estimées de passes décisives par passe clé, ce qui donne une idée de la qualité des passes clés délivrées), Cabella se situe très loin dans le classement des joueurs du championnat de France : il n’est que 168e par la qualité de ses passes clés.

De plus, Cabella perd souvent le ballon : contre Rennes, il a perdu 7 ballons, plus que n’importe quel joueur. Ben Arfa, par comparaison, n’en a perdu que 2 avec un jeu davantage basé sur de la prise de risque. Sur ce match, Cabella a perdu 2 fois plus de ballon que n’importe quel autre joueur !

Ainsi, l’ancien Marseillais parait en retrait par rapport aux performances de ses acolytes et notamment de Wahbi Khazri, encore une fois l’élément le plus dangereux lors du match face à Rennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.