Benjamin Corgnet : « À Saint-Étienne j’ai vécu de grosses émotions »

Aujourd’hui à Strasbourg, l’ancien Stéphanois Benjamin Corgnet va retrouver quelques-uns de ses anciens partenaires samedi soir à 20h. Il était l’invité lundi du Debrief sur France Bleu Saint-Étienne Loire et est logiquement revenu sur ses années Vertes. Le joueur de 31 ans a également évoqué sa nouvelle équipe et sa saison en dents de scie.

Un match regrettable face à Paris

« J’ai regardé ASSE-PSG car on était en mise au vert. Saint-Étienne doit avoir pas mal de regrets parce qu’ils ont mis cette équipe de Paris en difficulté. Ils ont réussi à les mettre à 10, à avoir un penalty. Ils n’ont pas réussi à marquer ce deuxième but qui je pense les auraient fait gagner. Contre Paris c’est difficile de tenir jusqu’au bout. Ces matches-là sont des beau matches mais ce n’est pas sur ça que la saison se joue. Les concurrents directs ont eux aussi à jouer cette équipe. Il ne faut pas aborder le match en se disant qu’on va perdre mais relativiser et se dire que c’est vraiment un match bonus. »

La saison des Verts

« Ils ont été en difficulté sur la première partie de saison après des changements d’entraineurs, de joueurs. Il y a eu beaucoup de remue-ménage et ça n’a pas aidé les joueurs. Il y a eu de gros efforts de faits avec l’arrivée de très bons joueurs. C’est vrai que maintenant ça peut-être un prétendant à l’Europe. C’est plus normal et agréable de les voir lutter pour ces places-là. Le club a fait les efforts qu’il fallait à un moment très important parce qu’au mois de décembre ils n’étaient vraiment pas bien. »

Sa fin de saison avec Strasbourg

« On sait que ce sera serré jusqu’au bout. Nos adversaires directs ont aussi des calendriers compliqués. On est une équipe qui arrive à bien jouer au ballon, surtout contre des équipes qui elles aussi aime jouer au ballon. Ce sera le cas des équipes qu’on va affronter. Contre certains de nos concurrents directs on a par exemple plus perdu que gagné. Il faudra rester devant jusqu’au bout. Quand il reste 6 matches à jouer, tous les adversaires sont de qualité. Tout le monde a quelque chose à jouer que ce soit pour l’Europe ou le maintien donc ça va être des matches serrés. »

Son état actuel

« Je me sens de mieux en mieux. J’ai dû être arrêté quelques mois, c’est la première fois que ça m’arrivait. Dès le mois de janvier j’ai repris à fond. J’ai mis un peu de temps à revenir mais le plus important ce sont les matches qui restent à jouer. Je me sens bien physiquement et dans ma tête. Si je peux apporter ça aux joueurs qui ont joué tous les matches et qui sont un peu fatigué, je le ferai. »

La Meinau vs Geoffroy-Guichard

« C’est compliqué… Mais il y a des similitudes entre les deux. À Saint-Étienne ce sont deux kops qui se répondent. À Strasbourg il y en a surtout un qui est très important et le stade est un peu plus petit. Mais l’ambiance est comparable. Il n’y a pas beaucoup de clubs en France qui ont des publics comme ça, que ce soit à l’extérieur ou à domicile. C’est très important, ça nous aide. Vraiment je ne pourrais pas choisir entre les deux. Il y a ces similitudes et c’est ça aussi qui m’a donné envie de venir à Strasbourg après avoir connu ça à Saint-Étienne. »

Ses souvenirs Stéphanois

« Même s’il y a eu des hauts et des bas, je ne retiens que le positif. Il y a de grosses émotions avec les derbies, la Coupe d’Europe, le championnat. J’ai connu de bonnes personnes avec qui je reste en contact. Bien sûr le souvenir d’un public qui a toujours été là et qui m’a toujours encouragé. C’est ce que je retiens et qui me fera plaisir quand je reviendrai à Saint-Étienne. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.