Rayan Souici : « Je pourrai encore percer »

Comme lors de la deuxième partie de saison dernière, Rayan Souici est prêté par l’AS Saint-Étienne à l’Entente Sannois Saint-Gratien en National. L’occasion pour le défenseur de 20 ans d’emmagasiner de l’expérience et du temps de jeu à un niveau supérieur à celui de la réserve stéphanoise. Dans des propos accordés au journal Le Parisien, le joueur est revenu sur le décès de son ami William Gomis ainsi que sur les difficultés qu’il a pu connaître à l’ASSE.

Le décès de son ami William Gomis

« On m’a prévenu de la mort de William Gomis à 6 heures du matin lundi. C’est dur à encaisser. On avait intégré en même temps, à 14 ans, le centre de formation. Je le voyais plus que mes parents, au foot mais aussi en dehors. On allait au ciné, au resto ensemble… C’était un frère, pas un simple coéquipier ! Deux jours avant les faits, je l’avais encore eu au téléphone… »

Un parcours contrasté à l’ASSE

« Sous contrat jusqu’en 2021 avec Saint-Étienne où j’ai signé pro il y a trois ans, je suis de retour dans le Val-d’Oise. En National, c’était l’Entente et rien d’autre. L’idée de rejoindre Drancy, club partenaire des Verts, n’a jamais été évoquée. Chacun son parcours, je n’ai aucun regret, je n’ai que 20 ans et si je me donne les moyens, je pourrai encore percer. Mon ascension a été freinée en fin d’année 2016. J’ai été victime d’un choc septique lié à une infection, ça  a provoqué une défaillance circulatoire aiguë. J’ai passé deux semaines à l’hôpital lors des vacances de Noël. J’avais perdu 8 kilos et ça a été difficile de retrouver la forme. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.