Gasset : « Je ne sais pas si l’on méritait ne serait-ce qu’un point »

Présent en conférence de presse après la courte victoire des verts face à Strasbourg hier soir (1-0), Jean-Louis Gasset est revenu sur la prestation de ses joueurs. Une performance plutôt terne marquée par un excellent Stéphane Ruffier et par le quatrième but de Debuchy cette saison sous le maillot stéphanois.

Une performance décevante ?

« On aurait pu marquer sur la première action car on a joué, on est entré dans les seize mètres, on est allés à la bagarre. Après, dans l’envie, le comportement, on a besoin de resserrer quelques boulons. Peut-être qu’après le match de Paris on était venu faire une démonstration. Et, Strasbourg nous a grandement secoués. Parfois, ça arrive de ne pas mériter de gagner. A Rennes, on ne prend qu’un point alors que nous avions eu les occasions nécessaires pour l’emporter. Contre Paris, on méritait aussi les trois points. Cette fois, je ne sais pas si l’on méritait ne serait-ce qu’un point. »

Un onzième match consécutif sans défaite

« Ce n’est pas loin d’être un hold-up. Mais, quand on a un grand gardien et un défenseur qui n’abandonne jamais et qui nous marque des buts décisifs, on a de la qualité morale. Sur le match, Strasbourg méritait mieux. Mais, malheureusement pour eux, soit ils sont tombés sur le gardien, soit ils ont été un peu maladroits. Ce qui fait que l’on gagne par miracle. »

Les verts plus que jamais dans la course à l’Europe ?

« Il reste cinq matches. On prend les risques pour les gagner. En jouant comme on a joué ce soir, on ne peut pas y arriver. En jouant comme on a joué contre Paris, on peut y arriver. En faisant un grand match, on n’avait pris qu’un point. Là, avec trois ou quatre joueurs pour nous sauver, on en prend trois. C’est le paradoxe du football. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.