Qui es-tu Mathieu Debuchy ?

Dernière recrue d’un mercato stéphanois ambitieux, Mathieu Debuchy prétend à une place de titulaire à droite de la défense. Le joueur aura pour but d’aider le club à se maintenir, tandis que ce dernier devra l’aider à retrouver du plaisir et de l’ambition. Portrait d’un latéral à la carrière riche mais compliquée.

Les belles années lilloises

Tout commence à Lille. Mathieu Debuchy y est formé et signe son premier contrat pro en 2003. Le latéral droit réalise des débuts prometteurs. Au fur et à mesure des saisons, il gagne sa place de titulaire et devient même indiscutable… Jusqu’en mars 2006 et une première terrible blessure. Rupture des ligaments croisés du genou droit et une très longue indisponibilité. Mais le joueur ne perd pas pied et revient en force. De retour sur les terrains en 2007, Mathieu Debuchy ne quitte plus le terrain. Il s’impose comme une valeur sûre de notre championnat et fera tourner les têtes de plusieurs clubs européens. Et ce jusqu’au sommet. En 2010-2011, le LOSC est sacré champion de France et son latéral droit jouera 49 match. Aussi c’est au cours de cette saison que le joueur connaîtra le graal : l’équipe de France.

À la conquête de l’Angleterre

Au cours de la saison 2012-2013, Mathieu Debuchy quitte le Nord de la France pour rejoindre l’autre côté de la Manche. Le joueur atterrit à Newcastle et rejoint un de ses grands amis, Yohan Cabaye, lui aussi ancien lillois. Le club anglais avait alors démarré un processus de recrutement made in France… sans succès. Les Français ne brillent pas à l’exception de trois joueurs : Yohan Cabaye, Moussa Sissoko et Mathieu Debuchy lui-même. Le joueur parvient à devenir incontournable dans une équipe en difficulté. Arsenal lui fait les yeux doux et le joueur cède aux chants des sirènes.

La galère londonienne

Ce chapitre fut le plus dur à écrire. D’ailleurs, a-t-il été réellement écrit ? Cette question peut apparaître comme un euphémisme tant il est compliqué d’avoir des souvenirs de Debuchy en gunner. Rien n’a souri à l’international français. Une longue série de blessures et une place de titulaire jamais acquise. Le joueur a vu de l’hôpital éclore un certain Hector Bellerin. Une sensation de déclin se fait sentir et, à 30 ans, l’Euro 2016 en France approche. Le choix d’un prêt semble être la meilleure idée pour se relancer. Debuchy choisit Bordeaux. Et si ses premières prestations furent compliquées – accompagnées d’une blessure de deux mois – les dernières furent bien meilleures. D’autant que le poste de latéral droit est vacant depuis plusieurs années chez les bleus. Une assez bonne demi-saison aurait pu lui permettre de retrouver le maillot tricolore pour une compétition internationale à domicile. Mais le destin en a voulu autrement. En effet, la veille de l’annonce de la sélection de Didier Deschamps, le joueur se blesse à nouveau. Rien ne dit que l’ancien Lillois aurait été sélectionné. Il est de toute manière impossible de le savoir.

Un rêve toujours réalisable ?

Un retour à Londres en juillet 2016, toujours considéré comme un second couteau, voire un troisième. Le joueur rêve secrètement d’une place dans les 23 pour la prochaine coupe du monde en Russie. Un pari à la bordelaise, cette fois-ci du côté du Forez. Retrouver le plaisir de jouer. Gagner à nouveau sa place, prétendre à reporter le maillot tricolore. À 32 ans, le temps commence à être derrière lui. À moins que…

1 Response

  1. Gic43 dit :

    P etre le meilleur lateral droit que l on est pas vu depuis 1976

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.